samedi 25 avril 2015

A la découverte des Yvelines à pied: CLAIREFONTAINE EN YVELINES.

L'automobiliste de passage garde en principe une impression agréable de la traversée de Clairefontaine en Yvelines : la pimpante mairie, la jolie église, les belles villas qu'il entraperçoit en sont les raisons... Mais qu'il gare sa voiture au parking proche du feu rouge, non loin de la mairie, et , s'il décide de parcourir un peu le territoire de la commune à pied, des découvertes au charme insoupçonné s'offriront à lui!


La pimpante mairie de Clairefontaine est un des ornements du village. Elle date de 1843.


Elle a servi aussi d'école jusqu'en 1881.
Elle est précédée d'un coq perché sur un monolithe (le monument aux morts).


                                  La façade arrière est également attrayante avec sa tourelle...


L'église Saint-Nicolas date de 1902. Elle a été construite à l'emplacement de l' ancienne église de l'abbaye N Dame de Clairefontaine.


La plupart des pierres tombales  et des pièces de mobilier de l'ancienne église  y sont conservées. L'ancien portail a été, lui, transféré au château de Montjoye  (qui abrite le centre technique national de football). Une statue de la Vierge et de l'Enfant sculptée par la duchesse d'Uzès est visible dans l'église.

DU COTE DE L'ETANG DE VILGRIS.

S'il suit la route qui prend à droite de la mairie, une jolie découverte attend le promeneur.


On suit ici le cours de la Rabette, avant de la traverser en empruntant ce vénérable pont.


Au passage, surprise, le promeneur éveille la curiosité de quelques sympathiques chèvres.


En arrière plan,  un long bâtiment évoque une ancienne ferme.


Bonheur printanier parmi les fleurs de pissenlit.


Bientôt ,un agréable tableau se découvre ,autour de l'étang de Vilgris.


Un beau jeu de reflets sur la surface de l'étang...


En arrière plan, les bâtiments que l'on aperçoit sont ceux du moulin de Vilgris. Il dépendait autrefois de l'abbaye Notre Dame de Clairefontaine.


Le lavoir.


Perspective sur un bras de la Rabette.


Nous pouvons bientôt admirer de plus près le bâtiment principal du moulin.


Il abrite aujourd'hui des chambres d'hôtes.


 En remontant vers la route de Clairefontaine à  Rochefort en Yvelines, on découvre une présentation rurale.

                DU COTE DE LA PLAINE DE PAINCOURT.


Depuis la route de Rambouillet, prendre à gauche devant l'auberge de la Rabette.


On découvre bientôt un vaste étang insoupçonné, aux abords agréablement aménagés.


Après l'avoir contourné, on s'engage dans un chemin bordé de roselières.


Une prairie humide (attention où vous mettez les pieds!) s'étend jusqu'au hameau de Paincourt. C'est dans cette zone que la Rabette, affluent de la Rémarde, prend sa source... En cherchant bien, on peut apercevoir à droite d'un petit pont, la fontaine Réale, d'une grande limpidité (d'où le nom du village).


A contrejour, la roselière peut prendre un aspect fantastique... Les branches torturées de cet arbre mort semble vouloir attraper les oiseaux.

                     DEUX IMPORTANTES ABBAYES jadis
                                 à CLAIREFONTAINE.

L'Abbaye Notre-Dame de Clairefontaine fut fondée en 1100 par Simon II de Montfort et l'évêque  de Chartres. Cette fondation religieuse fut d'abord confiée aux chanoines réguliers de Saint-Augustin, puis  après  1627 à des abbés. Elle fut  ruinée à la Révolution. Après une restauration, ses bâtiments furent occupés par des dominicaines jusqu'en 1996.
Une pauvre portail, en face de l'église, de l'autre côté de la route, cache les bâtiments de l'ancienne abbaye qui semblent à l'abandon. Au fond d'une ruelle, à gauche, on en aperçoit une partie.



                         Au fond d'une ruelle, on aperçoit une partie des bâtiments conventuels.

L'abbaye de Saint-Rémy des Landes fut édifiée en 1160, près du hameau de Paincourt actuel, à l'initiative de Simon III de Montfort et de l'évêque de Chartres. Ils y installent un couvent de bénédictines. De 1207 à 1793, 22 abbesses gouvernèrent le Monastère. Mademoiselle De Richelieu  et Mademoiselle de Portal furent les plus célèbres. Cette dernière, après que les bénédictines se furent installées à l'abbaye de l'Ouye près de Dourdan , périt sur l'échafaud pour avoir correspondu avec des émigrés. L 'abbaye  fut rasée à la Révolution. Il ne reste que la chapelle.
Elle avait été édifiée sur l'emplacement d'une des premières abbayes mérovingiennes, fondée dès le VIe siècle par Scariberge, nièce de Clovis, qui s'y retira à proximité du tombeau de son époux Saint-Arnoult.
En 1830, un château a été édifié sur ce site. C'est une propriété privée soigneusement enclose. le château n'est pas visible.


Un magnifique portail ouvrant sur une route étroite, c'est tout ce que le curieux peut apercevoir de Saint-Rémy des Landes...



Le château de Saint-Rémy des landes (1830), installé sur le site de l'ancienne abbaye (doc internet).


                                      BELLES DEMEURES ET CHATEAUX.
 Au XIXe siècle, Clairefontaine devient un site résidentiel où se retrouve « une bourgeoisie citadine », ce qui explique la présence importante  de belles demeures et de châteaux.
Des personnages illustres y ont séjourné, comme le verrier LALIQUE,  le compositeur RACHMANINOV, Edouard DALADIER,  ZITA de Bourbon-Parme, la dernière impératrice d'Autriche, l'Archiduc OTTO DE HAGSBOURG, les sculpteurs FALGUIERE et BELMONDO, Le dessinateur humoristique CARAN D'ACHE ou encore la famille RICARD.  CARAN D'ACHE est enterré dans le cimetière du village, de même que le comédien Georges WILSON (1921-2010).

                                                                   Quelques  villas .


Au fond d'un parc, on devine une belle villa.


Derrière une jolie barrière en bois, une autre se profile...


                                                                  Oui, elle est originale...


Une autre...


Portail de la villa LA CHENAIE.


Egayée par ses jolis volets violets.


Au delà d'une jolie grille, se profile une autre villa.


Villa LES HALLIERS, d'allure classique.


                                              Le FOUR A CHAUX à Paincourt, villa ou château?

                                                AUTOUR DU CHATEAU DES BRUYERES:

C'est le seul des châteaux de Clairefontaine que le promeneur ordinaire peut réellement approcher... Il est situé à proximité du Centre technique national du football.


                            Il émerge d'abord, aux yeux du promeneur, des arbres d'un petit bois...


Un beau bâtiment dépasse ensuite d'une barrière blanche assez laide.


On devine à droite la présence d'importants communs.


Un coup d'œil au dessus de la clôture, et... Le château date du début du XXe siècle.


                                 Une superbe tour (un colombier ) apparaît un peu plus loin.

                                 D'autres châteaux (images Internet):

             Le château de MONJOYE est le siège du Centre technique National du football.


Le château de La VOISINE ou château RICARD accueille aujourd'hui des séminaires.



Le château du MESNIL (carte postale ancienne).


      
*A VOIR AUSSI: 

- A la découverte des Yvelines: LA CELLE LES BORDES.

- à la découverte des Yvelines: BULLION.
http://jmsattohurepoix.blogspot.com/2015/02/a-la-decouverte-des-yvelines-bullion.html

- à la découverte des Yvelines: BONNELLES.
http://jmsattohurepoix.blogspot.com/2015/03/a-la-decouverte-des-yvelines-bonnelles.html

                                                                    ET AUSSI:

*A la découverte des Yvelines: LE MESNIL SAINT DENIS.

*A la découverte des Yvelines: LEVIS SAINT NOM et la vallée du POMMERET.

*A la découverte des Yvelines: de CERNAY LA VILLE à SENLISSE. 

3 commentaires:

  1. Au début des années 70, dans la petite aile gauche de la mairie, il y avait encore une poste...avec une postière qui était digne d'un film d'avant-guerre.....

    RépondreSupprimer
  2. L'auteur de ces dames aux chapeaux verts était aussi de Clairefontaine

    RépondreSupprimer
  3. Ces dames aux chapeaux verts est un roman de Germaine Acremant, publié en 1921.

    RépondreSupprimer