dimanche 12 août 2018

BALADES EN HUREPOIX: A LA DECOUVERTE DU MARAIS D'ITTEVILLE, vallée de la JUINE.

ITTEVILLE est un petit bourg du Hurepoix situé dans la basse vallée de la Juine, non loin de son confluent avec l'Essonne. Accès par l'A6 sortie Mennecy ou par la N20 sortie Torfou.

                                                                  Une vue du marais.

Plan du Bourg (quartier central d'Itteville).

Le parking du centre étant réglementé, il faut se garer rue Saint Germain, à la sortie nord est de ce quartier. Le marais s'étend sur une superficie de 85 hectares  entre le bourg et le cours de la Juine. 
C'est un site naturel sensible géré par le département en accord avec la commune. Il comporte 4 ou 5 étangs principaux. Le chemin de l'Avau longe au sud est tout le marais.

En revenant à pied, rue Saint-Germain, vers le centre du bourg, on croise d'abord sur la droite la mairie, installée dans un château du XIXe, ancien rendez-vous de chasse magnifiquement restauré. Le parc de la mairie est public.

Le bourg est la partie ancienne de la ville. Itteville, autrefois village à vocation rurale, qui ne comptait que 600 habitants à la Révolution, est devenue une commune résidentielle dont la population s'élève à environ 6700 personnes. On est frappé, en dehors du bourg, par le nombre de maisons récentes ou même neuves , l'essor de sa population datant surtout des années 80.

L'église Saint-Germain date du XIe siècle. Son clocher carré à fenêtres géminées, coiffé en bâtière, comporte une tourelle d'escalier. Sa nef est supportée par des colonnes à chapiteaux ornés de feuillage .Son chevet est plat. Elle contient une fresque du 13e représentant le Christ en majesté découverte en 1950 sous un badigeon. Son mobilier religieux date du XVIIIe.

Pour accéder au marais, on peut prendre derrière l'église la rue George Sand, et on rejoint ainsi le chemin de l'Avau qui longe le marais.

                                                   A LA DECOUVERTE DU MARAIS.

     On voit sur cette carte qu'une fois arrivés, derrière l'église,  sur le chemin de l'Avau (en rouge), qui longe le marais, une première vue sur celui-ci est possible, et qu'ensuite trois postes d'observation attendent le promeneur.Tout un habitat bâti, souvent récemment, longe lui-même le marais entre le chemin de l'Avau et la route.

Depuis une plate forme aménagée au bord du chemin de l'Avau, une perspective s'ouvre vers un premier étang.

Vue rapprochée.
Des panneaux pédagogiques informent le public tout l'intérêt que présente la préservation de ces zones humides, de plus en plus réduites depuis le XIXe siècle, notamment en faveur du maintien de toute une biodiversité. Une douzaine d'espèces vivant dans les mares sont présentées sur un des panneaux : poissons, batraciens, reptiles,  insectes divers. On apprend aussi que les prairies de la zone sont entretenues de façon écologique : on y fait paître vaches, moutons et chèvres.

Un petit plaisantin a décoré un poteau.

Après ce premier arrêt, on poursuit sur la droite sur le chemin de l'Avau.

Peu après, un portillon, sur notre gauche, nous signale l'entrée du chemin qui mène vers le premier observatoire.

Nous suivons alors le beau chemin qui s'ouvre devant nous et qui s'enfonce dans le marais.

Sur la droite, on devine la présence d'un étang entièrement cerné par une roselière.

Du premier observatoire, on découvre un bel étang apparemment peu profond: ce jour là, un héron (jeune à mon avis), s'y promenait tranquillement, et il le fit pendant de longues minutes! 







Peut-être aurez-vous la chance comme moi ce jour là de pouvoir saisir par la photo les diverses attitudes de l'oiseau.

Soyez attentifs, et vous apercevrez peut-être aussi un tout petit oiseau des marais comme celui-ci.





Pas de doute, il s'agit d'un chevalier guignette, que l'on reconnaît à son épaule blanche… Il était malheureusement très loin.

Dans ce premier observatoire, un tableau présente divers oiseaux observables ici. On retrouve le chevalier guignette à droite. A noter la présence possible du biongos nain, rare -sorte de petit héron. Les autres volatiles sont assez communs dans la région.

Fait exception cet oiseau qu'on pourra plus facilement entendre que voir, nous dit-on.

Le chemin continue sur la gauche. On longe à nouveau sur notre droite une roselière au delà de laquelle on devine la présence d'un nouvel étang.

Une sorte de ruisseau bourbeux longe aussi cette roselière.

Sur la gauche, on se retrouve bientôt -surprise- derrière l'étang vu au début du parcours depuis la plateforme aménagée: l'église et le ciel nuageux s'y mirent joliment.

Autre vue.
Vue rapprochée.

On continue sur le chemin qui en croise bientôt un autre. Il faut continuer à droite pour atteindre le second observatoire.

Le 2e observatoire.

On découvre depuis cet observatoire un nouvel étang, malheureusement très vide ce jour-là.

J'avais eu juste le temps, à mon arrivée,  de voir s'éclipser un nouveau héron. Le couple qui était dans l'observatoire avant moi avait pu, lui, voir l'oiseau attraper un poisson et l'engloutir.

Il faut alors faire demi tour pour aller retrouver le chemin de l'Avau.

Ici poussent de jolies fleurs, des balsamines vraisemblablement, qui aiment les milieux humides.

Un coup d'œil sur le premier étang en passant devant son observatoire: notre héron a repris sa promenade, mais dans l'autre sens!

Plus près.
Le chevalier guignette, lui aussi, est toujours là.

On retrouve bientôt le chemin de l'Avau, qui longe le marais. On arrive bientôt à un croisement avec un autre chemin qui part sur la gauche: il faut l'emprunter: un nouveau panneau informatif nous donne notamment (un peu tardivement) le plan du marais et l'emplacement des postes d'observation.

                Il faut alors s'engager dans ce nouveau chemin qui doit nous mener au 3e observatoire.

Au passage, sur notre droite, on aperçoit une sorte de trou d'eau encadré par les roseaux.

On poursuit sur le chemin…

Juste avant d'arriver au 3e poste d'observation, sur la gauche: nouveau trou d'eau, qu'un 3e héron a trouvé à sa convenance. Il s'envolera vite.

Nous y voici.

Nouvel étang vu du poste d'observation . Beau jeu de reflets ici. Mais hélas , pour cette fois-ci, pas le moindre oiseau!

Détail.

L'étang se prolonge fort loin semble-t-il sur la gauche.

Retour à présent vers le chemin de l'Avau.

Nous y voici.

On passe devant un assez beau portail; au loin on distingue un bâtiment d'importance, grosse villa ou château.

Le chemin prend maintenant l'aspect d'un tunnel de verdure...

On passe encore devant une de ces belles demeures recentes ou restaurées installées entre la route et le chemin de L'Avau.

On parvient à une voie bitumée qui va nous amener au bord de la route parallèle au marais.

Dernier regard sur la végétation luxuriante côté marais.

Nous pouvons rentrer sur Itteville en suivant la route à droite. On remarquera au passage les nombreuses villas récentes installées entre la route et le marais.

Au passage, sur notre gauche, encore un beau jeu de nuages au dessus d'un champ moissonné, et nous sommes revenus au point de départ.