vendredi 19 avril 2013

Château et église des MESNULS (Yvelines).

LE CHATEAU.

Sur la route de Montfort L'Amaury, on le découvre tout à coup:
il s'allonge, immense, sur notre gauche...
Le bâtiment principal, de style Renaissance, date du XVIe siècle. Robert de Combault, capitaine des gardes du roi Henri III l'a fait construire.
En 1731, le maréchal de Villars fait effectuer des travaux de terrassement.

.
Une toiture d'ardoise, une façade de brique rouge, des  encadrements de fenêtres en pierre...
Des éléments appartenant à divers autres châteaux ont été apportés ici: la belle grille en fer forgé vient par exemple du château de Saint-Hubert.
L'ensemble est classé aux Monuments historiques.
 
 Les douves ont été construites entre 1535 et 1540 sous l'égide de Christophe de Refuge, maître d'hôtel du duc d'Alençon .

LA POTERNE : elle date aussi des années 1535-1540.
Un premier manoir avait été construit sur le site en 1230 par Ernaut des Mesnuls : il n'en reste rien.
Dans les années 1924-1926 , Jean Chrissoveloni, un banquier d'origine roumaine, accueillera toute la société à la mode de l'époque. Le château  fut un temps un centre de rééducation pour handicapés.Il appartient aujourd'hui à la société CHATEAUFORM  (comme le château PORGES à Rochefort) qui en a fait un centre d'accueil pour des séminaires d'entreprises.
  
L'EGLISE.

Elle se profile au bout de la route qui longe le château...

L'église Saint Eloi a été construite à la fin du XVe et au début du XVIe. 
Elle a été un peu agrandie par la suite.
 
Elle est dédiée à Saint Eloi, patron des orfèvres et des forgerons. 


L'intérieur se compose d’une nef unique, voûtée en berceau sur six travées.  
Une belle lumière en cette journée ensoleillée.


lundi 15 avril 2013

LES "FOLIES" du domaine de GROUSSAY à MONTFORT L'AMAURY (Yvelines).

                         Cliquer sur les images pour les agrandir


Le château de Groussay a été construit en 1815 pour la duchesse de Charost (fille de Mme de Tourzel , la gouvernante des enfants de Louis XVI et de Marie-Antoinette).


Charles de Beistegui  l'acquiert en 1938. Enrichi par les mines d'argent, il pouvait satisfaire tous ses caprices d'esthète. En 1952 il l'agrandit de deux ailes , et décide de faire édifier dans le parc des "Folies" ("fabriques" ou petits édifices décoratifs en vogue au XVIIIe siècle). Il fait appel notamment à l'architecte et décorateur Emilio Terry. A sa mort, en 1970, une quinzaine de "Folies" étaient construites. Récemment, le nouveau propriétaire a décidé d'ouvrir le domaine au public.


Le parcours (fléché) à travers le parc  suit la promenade habituelle de Beistegui, qui aimait faire en calèche le tour de ses fabriques avant le déjeuner. 


Un coup d'œil à gauche , où le château s'étire derrière les arbres...


On "tombe" d'abord sur ce qui semble être une orangerie, décorée "à l'antique" par des bustes.


Des reliefs y évoquent le travail de jardinage...


On entre bientôt par cette porte monumentale dans un espace clos cerné par des arbres ,qui, en ce mois d' avril , ressemblent à des bras brandissant des poings vers le ciel...


On est séduit par la perspective étudiée et le jeu des ombres au sol.


On distingue bientôt ,cerné par les arbres, un petit édicule...


Il s'agit d'une volière , installée au centre d'une esplanade circulaire.


Plus loin , au bout de la perspective savamment ménagée, un groupe insolite...


Un obélisque et une "tente tartare" se reflètent dans un petit bassin.


Cette "folie", édifiée en 1960, est conçue en tôle peinte. Elle s'inspire de celle que le roi Gustave III de Suède avait élevée en 1781 à Drottningholm.


L'intérieur est tapissé de 10 000 carreaux de Delft.


Détail des motifs décoratifs.


Un lustre orne l'édifice.


Une fenêtre de la tente tartare ouvre en direction de la "fabrique" suivante...


Il s'agit du "Temple du labyrinthe", installé au centre d'un petit labyrinthe végétal.


Au delà, surprise, on découvre un théâtre de verdure...




Il est orné de séduisantes statues évoquant la commedia dell arte...

Après ce premier alignement de "Folies", le parcours part à angle droit vers la gauche , et l'on entame alors un tour de ce grand parc de style anglo-chinois de 30 hectares...

On parvient alors à un pont très original qui franchit un cours d'eau...


Le pont Vénitien (ou palladien - du nom de l'architecte de la Renaissance Palladio) a été conçu en 1960 par Emilio Terry. Il rappelle le pont des Guglie à Venise (où Beistegui possédait le palais Labia) ou celui de Wilton Park en Angleterre. Au fond on aperçoit une sorte de pyramide.


Construite en 1968, en briques roses, la pyramide est inspirée de celle de Caïus Sextus à Rome.



Au pied de la pyramide , un grouillement de carpes...


Le temple d'Amour imite celui du Trianon de Versailles. Au sommet de la butte , à l'arrière, un autre édicule lui fait écho...


Au passage , une nouvelle vue sur le château par delà le vaste étang de Groussay.


Un arbre à l'allure insolite : un hêtre pleureur...


On ne perd pas de vue le château , qui s'allonge au sommet de la colline...


La pagode chinoise (œuvre d'Emilio Terry) a été créée  en 1963; il a fallu aménager un bassin et une île pour cette réalisation.


Une bernache (oie canadienne) qui couvait ses œufs dans cette souche s'alarme de ma présence!


Dernier regard sur la pagode se mirant dans l'eau...


A l'extrémité d'une grande allée menant vers le château, " la colonne observatoire" (1963) est inspirée de celle de la place Vendôme bien sûr...Du sommet, on doit avoir une belle vue sur la campagne (mais l'accès n'est pas autorisé).

Un nouveau point de vue sur le château , qui n'est pas le moins bon...


On découvre pour finir les  écuries du début du XIXe siècle , attenantes à la ferme du château.


L'ensemble a été rénové en 2008 et ouvert alors au public.


Un dernier regard sur le château avant de gagner la sortie...

Jean-Louis Remilleux, devenu son propriétaire, l'a rénové à partir de 2001, et c'est lui qui a décidé d'ouvrir le domaine au public. Depuis peu, il a été acquis par une société. Le château lui-même ,un temps accessible aux groupes, ne l'est plus , pas plus que le théâtre baroque qui se trouve dans une de ses ailes, une imitation du théâtre de la Margravine de Bayreuth - mais ceci apparemment pour des raisons de sécurité...


Retour vers la grille d'entrée , où deux beaux cerfs veillent...
Le domaine est aujourd'hui classé Monument historique.

Le Parc est ouvert les samedis et dimanches de 10h à 18h.
Renseignements : 0134862814
Plus d'infos sur le site internet du château:

Dernière minute : nous avons appris que les nouveaux propriétaires ont mis fin aux visites de ce magnifique domaine . Vous ne le verrez plus que... sur notre blog!

UNE BONNE NOUVELLE:

LE CHATEAU ET LE PARC SE VISITENT A NOUVEAU DEPUIS  2016!

Voir ci-dessous:

2017
 
 
GROUSSAY THÉÂTRE D'ÉMOTIONS
 
 
 
 OUVERTURE  1er avril 2017
tous les samedis et dimanches
sauf tournage,privatisation ou intempéries
de 13 heures à 19 heures

5€ visite libre du parc
(fermeture 19 heures dernières entrées 18h00)

12 € avec visite commentée du Château
  ( 14h30 et 17h ).