lundi 25 août 2014

Les jolis châteaux de l'Essonne : le château de SEGREZ à Saint-Sulpice de Favières .

LE CHATEAU.
Le château de SEGREZ se cache dans un grand parc de 24 hectares , situé entre la route de St Yon à Villeconin et l'église de Saint-Sulpice de Favières . Il a été construit au XVIIIe siècle par le fermier général André Haudry de Soucy qui avait acquis le fief en 1733. Il le loue en 1748 , à vie , au marquis d'Argenson  (secrétaire d'état aux affaires étrangères de Louis XV de 1744 à 1747 et homme de Lettres ami de Voltaire , connu notamment pour ses Mémoires). Celui-ci y mourra en 1757. Mme de Montullé , fille d'André Haudry , et son mari hériteront par la suite du château et le loueront en 1772 au comte de Blot . M. de Montullé le reprend en 1802 , puis il passe aux mains du marquis de La Garde en 1808.

 L'ARBORETUM.
En 1856, le château est acquis par la Alphonse Martin Lavallée , fondateur de l'Ecole Centrale. Alphonse Lavallée (1835 -1884), son fils , épris de botanique , va créer dans le parc un arboretum de grande réputation à l'époque: il fait venir des arbres de tous les coins du monde et réalise des créations . Plus de 5600 espèces y sont cultivées. Aujourd'hui, on peut y découvrir encore 600 à 700 espèces d'arbres.  Membre de la Société Nationale d'Horticulture en 1858 , il la présidera en 1879. Il a écrit de nombreux ouvrages . Il sera aussi maire de Saint-Sulpice de Favières.
De plus , Alphonse Lavallée supprime les parterres à la française qui s'étendaient de part et d'autre du château et transforme le domaine en parc à l'anglaise .
Marcel Proust , ancien camarade de classe à Condorcet d'un fils d'Alphonse Lavallée , est venu (une seule fois) à Segrez  et a même écourté son séjour , son asthme étant incompatible avec l'humidité des lieux . Pour se faire pardonner de ses hôtes , il leur écrivit dans une lettre  :"Voir une fois un lieu comme Segrez peut laisser un souvenir plus important que d'en voir un autre mille fois".

 AUJOURD'HUI
Vers 1950 , la famille PICARD devient propriétaire de Segrez et opérera de nouvelles plantations.
Aujourd'hui , les propriétaires M.et Mme Picard louent certains locaux pour des réceptions privées (mariages etc... ) ou professionnelles , mais il est possible de bénéficier de visites, guidées par des spécialistes, de l'arboretum  , notamment si l'on forme un groupe.

LA VISITE EN IMAGES.


Le château vu de la route de St YON.


Façade du côté du  parc : il comporte de ce côté un seul étage .


Façade du côté de la route de Saint-Yon : il comporte ici deux étages et a une allure moins austère.


A droite une ancienne bergerie.


La bergerie (vue arrière) : c'est la "maison des enfants" lors des réceptions.


L'orangerie est curieusement adossée à un élément du château.


L'orangerie date du XIXe siècle.



L'orangerie vue du parc.


Le pont Marcel Proust : un hommage à l'écrivain qui vint visiter Segrez à l'invitation d'un fils Lavallée , son ancien camarade de lycée. Il n'y séjourna qu'un seul jour , car l'humidité des lieux était incompatible avec son asthme. Pour se faire pardonner , il écrivit une lettre charmante à la maîtresse de maison , la mère de son ancien camarade; " Séjourner un seul jour à Segrez est préférable à séjourner mille fois ailleurs" lui écrivait-il.


Reflets dans le cours d'eau qui parcourt le domaine.
          Photo prise depuis le joli pont Marcel Proust , ainsi nommé en hommage à l'écrivain .


 Comme Madame de La Briche au château du Marais , Alphonse Lavallée a créé un parc à l'anglaise  où l'on trouve une grotte artificielle.


 L'eau provient d'une source qui sort à l'air libre au niveau de la porte située au bout de cette mare.


Reflets  dans le cours d'eau qui part de la grotte.

Le château vu de la grotte.


L'ancienne maison du jardinier a l'allure d'un petit château !
L'arrière petit fils d'Alphonse Lavallée  l'a racheté et donc ce coin est privé et ne fait pas partie de  l'arboretum.


Le   parc du côté du village s'ouvre devant l'église  dont on aperçoit la masse imposante au delà des arbres.

* QUELQUES IMAGES DU PARC DE SEGREZ EN OCTOBRE :


Rougeur du liquidambar...


... qui contamine un petit canal.


Les hêtres à grandes feuilles jaunissent.


Touche rouge du prunier à droite (11/10).

                                   
                                                          Une vue du parc (18/10).
                            

                                                Près du canal , à l'arrière du château.


                      Le cyprès chauve (à gauche) ajoute une belle note de couleur au tableau.


                                                                    Un parc lumineux.



 Reflets dans le canal.


L'arbre à caramel .


 Du côté du château.




Visions paradisiaques. 

A VOIR AUSSI : notre reportage sur la visite de l'ARBORETUM :

mardi 19 août 2014

Les jolis châteaux de l'Essonne : SAUDREVILLE.

                                         
   Le randonneur qui emprunte le GR11 dans la vallée de la Renarde voit, un peu avant d'arriver à Follainville , se dégager un vaste panorama ,au fond duquel il perçoit la présence ,juché sur la colline d'en face , d'un vaste château.

  
                Ce château tout rose  , enfoui dans la végétation , est celui de SAUDREVILLE.

                               
        Il a été construit au XVIIe s par  Pierre de Rotrou, maître d'hôtel du Roi, et a sûrement été rénové récemment.
Il comporte visiblement un corps central flanqué de deux ailes , ce qui lui donne une certaine ampleur.


      Ce château est privé et ne se visite pas. Cependant ,une fois parvenus au hameau de Saudreville (commune de Villeconin) , on a le plaisir de l'apercevoir ,derrière sa grille, au bout de son allée d'honneur.

                                 
                      .      Plusieurs éléments du château et du parc sont classés depuis 1972.

 
La présence de douves signalées dans un document indique bien que comme souvent il a dû succéder sur le site à un château antérieur.
 
 
Tout près , cette grosse ferme qui se reflète dans son étang était sans doute (est peut-être encore?) la ferme du château.
 
Les propriétaires successifs du château :
Au XVe siècle , existait déjà un manoir appartenant à Jean de Saudreville ,vassal des seigneurs de Boutevilliers semble-t-il. Il possédait aussi le fief de La Ronce. L'ensemble passe ensuite par mariage à Jean de Fleury , écuyer (fin XVe) , puis à Jacques de Villecardel ,seigneur du Fresne (1560).
En 1653 , Pierre de Rotrou , maître d'hôtel du roi (et frère du célèbre dramaturge Jean de Rotrou) achète le domaine à Achille Lepetit , aumônier du Roi , qui en était devenu propriétaire. C'est lui qui fait édifier le château actuel. Le domaine restera dans la famille de Rotrou jusqu'en 1842.
 

vendredi 8 août 2014

Le château du SAUSSAY à BALLANCOURT SUR ESSONNE.

Il est installé sur le territoire d'une ancienne commanderie templière . Un premier château féodal , construit au XVe siècle pour Olivier Le Daim , barbier de Louis XI , est détruit en 1592 par les espagnols  lors du siège de Corbeil , pendant les guerres de religion.
Le château actuel a appartenu successivement aux familles de Gaumont , de Bragelogne (XVIIe-XVIIIe) , de Canclaux , de Colbert (XIXe) et de Bourbon-Busset (XXe -XXIe). La transmission s'est faite par héritage , par les femmes. L'académicien  Jacques de Bourbon-Busset y a vécu  et
a fait don du château à ses enfants qui se le partagent actuellement .
 


Le château actuel a la particularité d'être constitué en fait de deux châteaux qui se font face. Au début du XVIIe s, un parlementaire , M. de Gaumont fait construire un nouveau château de style Louis XIII , en briques et pierre (celui de droite). En 1735 , le second château est construit en face du premier par la famille de Bragelogne , qui a hérité de la propriété. A la fin du XVIIIe , des pavillons d'entrée sont édifiés en remplacement d'un ancien bâtiment et des douves. Ils furent remaniés au début du XIXe par la famille Colbert.

Le pavillon d'entrée vu du miroir d'eau.
 
Depuis la cour du château , on a accès à un vaste parc "à la française". Il a été dessiné au début du XXe par le célèbre paysagiste Achille Duchêne (qui a aussi opéré au château du Marais par exemple). Auparavant , le parc avait connu aussi sa période "à l'anglaise" , à la mode fin XVIIIe -début XIXes.
Le parc se prolonge par des zones boisées qui s'étendent sur une grande surface. L'endroit est un véritable havre de paix dans la vallée de l'Essonne.
Une visite guidée d'une partie importante de l'intérieur du château est organisée : on découvre de belles salles meublées dans des styles de différentes époques . Des tableaux et documents évoquent les diverses familles propriétaires.
 
VISITE GUIDEE EN IMAGES du château du SAUSSAY.
 
 
 
Le château du XVIIe , de style Louis XIII.

 
Le château du XVIIIe , construit par les Bragelogne , face au premier. Il est en tous points identique au précédent.

 
Le blason de la famille de Colbert , au fronton du château XVIIe : deux licornes ,symboles de pureté , de chaque côté. Au centre une couleuvre , symbole des Colbert, et une croix. Au sommet ,une couronne de marquis.
 
 
Le blason des Bragelogne au fronton du château XVIIIe avec ses deux lions.
 


                                                   Le pavillon d'entrée (XVIIIe-XIXe).


          Le pavillon d'entrée et le château XVIIe , vus du jardin , auquel on accède par un joli pont. Un bassin (souvenir d'une ancienne douve?) baigne le pied du mur qui longe la cour.


                                                        Le château XVIIe vu du parc.

                                            
                                                                 La pièce d'eau.

                                                        
 
Une belle perspective depuis la pièce d'eau en direction du château.

 
Variante.

 
Ici , c'est le pavillon d'entrée qui est au bout de la perspective , et non le château lui-même.
 
 
Au bout de la pièce d'eau veille une gracieuse statue.
 

                         Une représentation de Flore , déesse du printemps , avec sa corbeilles de roses.

 
Mérite un gros plan...
 
 
Retour vers le château par des chemins boisés.
 
 
 
Un système de canal encadrant le parterre central crée toutes sortes d'effets de reflets.
 

                                 Ici c'est le château XVIIIe qui se reflète dans le  même canal.
 
 
Retour vers le château par le jardin à la française de Duchêne.
 
 
Dernier regard sur l'ensemble du château depuis le parc.
 
 
Gracieuses figures au centre du bassin circulaire .