lundi 25 août 2014

Les jolis châteaux de l'Essonne : le château de SEGREZ à Saint-Sulpice de Favières .

LE CHATEAU.
Le château de SEGREZ se cache dans un grand parc de 24 hectares , situé entre la route de St Yon à Villeconin et l'église de Saint-Sulpice de Favières . Il a été construit au XVIIIe siècle par le fermier général André Haudry de Soucy qui avait acquis le fief en 1733. Il le loue en 1748 , à vie , au marquis d'Argenson  (secrétaire d'état aux affaires étrangères de Louis XV de 1744 à 1747 et homme de Lettres ami de Voltaire , connu notamment pour ses Mémoires). Celui-ci y mourra en 1757. Mme de Montullé , fille d'André Haudry , et son mari hériteront par la suite du château et le loueront en 1772 au comte de Blot . M. de Montullé le reprend en 1802 , puis il passe aux mains du marquis de La Garde en 1808.

 L'ARBORETUM.
En 1856, le château est acquis par la Alphonse Martin Lavallée , fondateur de l'Ecole Centrale. Alphonse Lavallée (1835 -1884), son fils , épris de botanique , va créer dans le parc un arboretum de grande réputation à l'époque: il fait venir des arbres de tous les coins du monde et réalise des créations . Plus de 5600 espèces y sont cultivées. Aujourd'hui, on peut y découvrir encore 600 à 700 espèces d'arbres.  Membre de la Société Nationale d'Horticulture en 1858 , il la présidera en 1879. Il a écrit de nombreux ouvrages . Il sera aussi maire de Saint-Sulpice de Favières.
De plus , Alphonse Lavallée supprime les parterres à la française qui s'étendaient de part et d'autre du château et transforme le domaine en parc à l'anglaise .
Marcel Proust , ancien camarade de classe à Condorcet d'un fils d'Alphonse Lavallée , est venu (une seule fois) à Segrez  et a même écourté son séjour , son asthme étant incompatible avec l'humidité des lieux . Pour se faire pardonner de ses hôtes , il leur écrivit dans une lettre  :"Voir une fois un lieu comme Segrez peut laisser un souvenir plus important que d'en voir un autre mille fois".

 AUJOURD'HUI
Vers 1950 , la famille PICARD devient propriétaire de Segrez et opérera de nouvelles plantations.
Aujourd'hui , les propriétaires M.et Mme Picard louent certains locaux pour des réceptions privées (mariages etc... ) ou professionnelles , mais il est possible de bénéficier de visites, guidées par des spécialistes, de l'arboretum  , notamment si l'on forme un groupe.

LA VISITE EN IMAGES.


Le château vu de la route de St YON.


Façade du côté du  parc : il comporte de ce côté un seul étage .


Façade du côté de la route de Saint-Yon : il comporte ici deux étages et a une allure moins austère.


A droite une ancienne bergerie.


La bergerie (vue arrière) : c'est la "maison des enfants" lors des réceptions.


L'orangerie est curieusement adossée à un élément du château.


L'orangerie date du XIXe siècle.



L'orangerie vue du parc.


Le pont Marcel Proust : un hommage à l'écrivain qui vint visiter Segrez à l'invitation d'un fils Lavallée , son ancien camarade de lycée. Il n'y séjourna qu'un seul jour , car l'humidité des lieux était incompatible avec son asthme. Pour se faire pardonner , il écrivit une lettre charmante à la maîtresse de maison , la mère de son ancien camarade; " Séjourner un seul jour à Segrez est préférable à séjourner mille fois ailleurs" lui écrivait-il.


Reflets dans le cours d'eau qui parcourt le domaine.
          Photo prise depuis le joli pont Marcel Proust , ainsi nommé en hommage à l'écrivain .


 Comme Madame de La Briche au château du Marais , Alphonse Lavallée a créé un parc à l'anglaise  où l'on trouve une grotte artificielle.


 L'eau provient d'une source qui sort à l'air libre au niveau de la porte située au bout de cette mare.


Reflets  dans le cours d'eau qui part de la grotte.

Le château vu de la grotte.


L'ancienne maison du jardinier a l'allure d'un petit château !
L'arrière petit fils d'Alphonse Lavallée  l'a racheté et donc ce coin est privé et ne fait pas partie de  l'arboretum.


Le   parc du côté du village s'ouvre devant l'église  dont on aperçoit la masse imposante au delà des arbres.

* QUELQUES IMAGES DU PARC DE SEGREZ EN OCTOBRE :


Rougeur du liquidambar...


... qui contamine un petit canal.


Les hêtres à grandes feuilles jaunissent.


Touche rouge du prunier à droite (11/10).

                                   
                                                          Une vue du parc (18/10).
                            

                                                Près du canal , à l'arrière du château.


                      Le cyprès chauve (à gauche) ajoute une belle note de couleur au tableau.


                                                                    Un parc lumineux.



 Reflets dans le canal.


L'arbre à caramel .


 Du côté du château.




Visions paradisiaques. 

A VOIR AUSSI : notre reportage sur la visite de l'ARBORETUM :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire