jeudi 4 septembre 2014

La VALLEE DE LA RENARDE à pied : BOISSY LE SEC - Le Rotoy - LA FORET LE ROI - RICHARVILLE.

BOISSY LE SEC.
 
Ce petit village de 620 habitants , qui tire son nom du fait qu'il ne bénéficie pas de la présence d'un cours d'eau permanent ( La Misère étant intermittente) , est situé sur le plateau , à la limite de  la Beauce.
 

                                          Le village , dominé par son église , vu du plateau.


                     A droite , un important groupe d'arbres indique la présence du parc d'un château.


                                                               Approche du village.

 
L'église Saint-Louis daterait du XIIe siècle -époque où la paroisse aurait été transformée en prieuré dépendant de l'abbaye augustine de Clairefontaine; mais elle aurait été consacrée en 1297 après la canonisation de Louis IX (Saint-Louis) . La tour-clocher date du XIXe , car l'originale s'est effondrée en 1815. Tour et porche ont été refaits en 1825 dans un style proche du roman. L'église , à chevet plat , est vaste ; la nef comprend deux vaisseaux  divisé s chacun en 4 travées; le collatéral sud est plus étroit.
 

      On est surpris de découvrir dans un si petit village un si vaste château , qui associe des éléments médiévaux (tours à poivrière) et plus récents. Sa forme générale est en T. Les deux tours présentes à chaque extrémité du bâtiment central et certains éléments comme la cave seraient ce qui reste de la forteresse médiévale édifiée ici aux XIIIe-XIVe siècles. Le logis seigneurial (partie centrale) est modifié et élargi aux XVe-XVIe siècles. Il sera refait au XVIIIe siècle.

 
La 2e tour à poivrière d'origine médiévale.


    Vue d'ensemble. Au début du Moyen-Age , le domaine appartenait à la Couronne de France. En 1216 , Philippe Auguste en fait don à Gautier de Nanteau (branche cadette de la maison de Nemours) ,qui fait construire le château médiéval. Au XIVe siècle , ses défenses sont renforcées à la demande de Philippe VI par un chevalier de son entourage , Jean Paviot , avec mission d'y tenir garnison pour empêcher les incursions anglaises en provenance d'Aquitaine. Le château sera pris par les anglais  , puis racheté par le prévôt des marchands pour des raisons commerciales. La famille Paviot récupère son château qu'elle gardera jusqu'au XVII e siècle. Ensuite le château change plusieurs fois de mains. En 1711 , il est acquis la famille  orléanaise des Boyetet de Mérouville , qui procède à certaines transformations, aménageant notamment un nouveau corps de logis . Le château, et son domaine  seront vendus en 1791 à un ancien fermier général, Guillaume Couturier. Ce dernier est condamné et exécuté sous la Terreur, ses biens sont confisqués avant d'être restitués à sa veuve par le Directoire.

 
Une autre tour à poivrière , à un angle de la propriété , est ce qui reste de l'enceinte du XIVe siècle qui avait été érigée autour du château par Jean Paviot.
 

      Paysage aux environs de Boissy le Sec : de vastes étendues , nous sommes au bord de la Beauce.

 
Sur la route de Boissy le Sec : on devine l'église et on voit bien le groupe d 'arbres correspondant au parc du château.
 
Environs du ROTOY.
 
Nous nous dirigeons maintenant vers le Nord , du côté du hameau du ROTOY.
 

        Chemin de campagne aux environs du hameau LE ROTOY , qu'on aperçoit en arrière-plan.

 
Champs près du ROTOY.
 
LA FORET LE ROI.
 
A 5 km de Boissy le Sec , cet autre village compte , lui , 350 habitants environ. A l 'époque gallo-romaine , un temple et une villa se trouvaient sur le site ; cela a été découvert par prospection aérienne vers 1980. En 1512 , le seigneur du lieu , une ancienne baronnie, est François Leclerc ; il existait donc un château. Au XVIIIe siècle , le château appartient au baron de Gauville , député pendant la Révolution. Ce château existe-t-il toujours? Nous n'avons pas pu le voir.
 
 
L'église , vouée à St Nicolas et Saint-Blaise , date des XIe-XIIe siècles. Des modifications ont été apportées au XIII et au XVIe siècles .

           
     La façade. L'intérieur comporte une nef et deux bas côtés , et est voûté sur croisées d'ogives.


                              Les bas côtés ont été ajoutés en 1531 . le chevet est arrondi.

                                  
                                    Le clocher est la partie la plus ancienne de l'édifice.

 
La mairie a été visiblement installée dans une ancienne ferme.
 
                                              
                               L'église  entourée de maisons vue d'une aire de jeux aménagée là.


                      On remarque la présence d'importants bâtiments correspondant à une usine.


                         Derrière la mairie et l'église , une sorte d'étang : est-ce l'ancien abreuvoir?


                                                          Reflets du soir dans l'étang.

                                                 
                                            L'étang vu du grand saule pleureur qui le borde.

 
 A la sortie  sud du village : un calvaire.
 
 
 
L'environnement immédiat du village est envahi de pylônes électriques ... qui ont pourtant leur esthétisme particulier.
 
 
J'aime le son du cor ... ces habitants de la Foret Le Roi ont fait longuement résonner les environs du village du son mélancolique du cor.
 
ENVIRONS de LA FORET LE ROI : LA VALLEE DU PLATEAU.
 
On y accède par le GR 11 , au sud est du village. Le randonneur est surpris de se retrouver tout à coup dans la solitude d'un beau vallon séparé du reste du monde par des bois ...
 

                                  C'est beau finalement un champ finement labouré , non?


                                                                     Autre vue.

                                                              Couleurs de fin d'été.




                                                                Encadré par des bois.

 
Vue plongeante sur le vallon.
 
De La Forêt Le Roi à Richarville : la vallée de Montbardon.
 
Si l'on se rend à pied , par le GR 11, à Richardville , on se retrouve dans un vaste vallon solitaire cerné de bois : la vallée de Montbardon.
 
 
On est saisi par l'extrême solitude des lieux ...
 

 Les champs labourés nous indiquent que seuls des agriculteurs parcourent de temps à autre ce lieu.


Tout à coup ,une silhouette se détache et s'agite sur la ligne d'horizon... Un agriculteur ramasse les cailloux qui pourraient nuire à ses machines et en fait de petits tas provisoires...

 
 Le fond du vallon.
 
RICHARVILLE.
 
Ce village , situé lui aussi au bord de la Beauce , compte 400 habitants. D'abord simple hameau , dépendant d'un autre village , Le Bréau St Lubin (aujourd'hui disparu), le village se développe au XVIIIe siècle. Une seigneurie y existait , et donc vraisemblablement un château là encore.. Elle est acquise par la famille de Cugna-Dampierre au XVIe siècle ; elle la conserva jusqu'en 1893. Le village comporte plusieurs grandes exploitations agricoles.
 
 
L 'une des entrées du village nous fait découvrir  l'église , et à droite une grande ferme , dite "ferme de la petite mare".
 

                                            Le logis d'habitation de la ferme est plutôt élégant.


Une mare (sans doute celle qui donne son nom à la ferme , et qui servait certainement d'abreuvoir) longe le mur de la ferme dont les autres bâtiments semblent très anciens. On devine à gauche la présence d'une grange à pans de bois.


           L'église et au fond un vieux château d'eau curieusement couvert des feuillages de l'automne.


L'église Saint-Lubin a remplacé une chapelle antérieure du XI e siècle . Le chœur et l'abside sont du XVe , et l'église a été élargie au XVIIIe.


    A proximité de la ferme et de l'église , s'ouvre le beau parc du "clos Saint Joseph". Il y a fort à parier qu'il s'agit là du parc du château de Richarville , utilisé maintenant par une communauté religieuse...
l’ancien « château » de Richarville , décrit comme un imposant manoir flanqué d’une tour carrée , est aujourd’hui une propriété privée.


Y est installée  la maison mère de la communauté GENESARET , "communauté de prière et d'accueil" née en 1980 et reconnue par l'église catholique. Plus d'infos :  www.gennesaret.fr  ; elle se serait installée dans l'ancien logis seigneurial.

 
Devant le clos Saint-Joseph , une pompe à eau du XIXe siècle. Elle pouvait être actionnée par un cheval.


                                       Un parc idyllique s'aperçoit au travers de cette porte du clos.


                                                                            Autre vue.

 
Le château d'eau habillé des couleurs de l'automne.


      Plus loin , la mairie-école caractéristique de la IIIe République  a toujours son école en activité.

     De RICHARVILLE à LA FORET LE ROI par le plateau :
 Le village de Richarville est lui aussi au bord de la Beauce. Si l'on revient vers La Foret Le Roi par le plateau , on retrouve des paysages caractéristiques.

 
Champ labouré qui semble s'étendre à l'infini.
 

                                                Entre tournesols et champs de maïs.


                                                                    Autre vue.

                             Parfois une perspective s'ouvre entre deux champs de maïs.


                           Au coin d'un bois ... Au fond on aperçoit le village de Boissy-le-Sec.

 
Trouée de lumière entre deux champs.
Au bord des champs , les bois abritent des sentiers qui permettent aux chasseurs d'approcher le gibier sans être vus et de les observer par des trouées dans la végétation.
 
 
                                               Petit lapin surpris par l'irruption du randonneur.
 Vers le soir ,lapins ,biches , chevreuils  sont nombreux à sortir des taillis pour aller se restaurer dans les champs.

 
 Sur le sentier de randonnée qui mène à La Forêt Le Roi.
 
 
* A VOIR AUSSI :
 
- VALLEE DE LA RENARDE : de SOUZY LA BRICHE à SAINT SULPICE DE FAVIERES.
 
- VALLEE DE LA RENARDE : VILLECONIN et environs.
 
- VALLEE DE LA RENARDE : BOISSY SOUS SAINT YON, SAINT YON, BREUX-JOUY.
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire