vendredi 31 mai 2013

La chapelle et le cimetière russes de Sainte - Geneviève des Bois.

 
On entre par un beau portail surmonté de deux anges entourant le visage du Christ; sur la porte elle-même figure la  croix orthodoxe russe à trois branches, celle du bas étant oblique. Au delà on aperçoit déjà le bulbe bleu du clocher d'une chapelle...
 

La chapelle Notre Dame de l'Assomption, construite en 1938,  se dessine bientôt dans l'encadrement de la porte...

La façade...

Vue arrière ...
Elle a été construite  dans le style des églises de Novgorod du XVe siècle.

Elle est située au cœur d'un bosquet de bouleaux , selon la tradition slave.

Un autre édifice de grande dimension rivalise avec l'église et attire vite le regard: une chapelle funéraire édifiée en l'honneur de la comtesse du Luart , née Hagondokoff.
 
La comtesse du Luart s'est illustrée par son action au service des blessés pendant la guerre d'Espagne et au cours des campagnes de la guerre de 39-45.
 
Le cimetière s'étend à proximité.
A partir de 1926, des russes en exil réfugiés à la Maison russe de Sainte-Geneviève des Bois y  furent enterrés; puis d'autres exilés présents en France demandèrent à l'être.
Ce lieu est cher au cœur de tous les russes.

Les bulbes de certaines stèles riment avec celui de l'église.
 
On s'enfonce ensuite dans les allées ombragées et silencieuses du cimetière...Il contient aujourd'hui près de 4000 tombes.
 
Beaucoup de stèles ont la forme de croix orthodoxes russes.
 
Celle-ci est exceptionnellement ouvragée et coiffée d'un auvent en pin..
 

Les bulbes simples, doubles ou triples sont aussi très représentés.
 
Tombe à bulbe bleu.
Les bulbes rappellent la flamme des cierges.
 

Celle-ci se distingue par ses couleurs vives.
 
Il existe plusieurs carrés militaires , où un officier est enterré entouré de ses soldats.
 
 
Rares sont les sculptures ,en voici un exemple.
 
Une belle tête sculptée orne la tombe de ce professeur, membre de l'Institut.
 
PERSONNALITES :
 
Beaucoup d'aristocrates russes émigrés , membres parfois de la famille impériale, sont enterrés ici.
Ici le grand duc Gabriel de Russie (1887-1955) par exemple.
 
La tombe du prince Youssoupoff (1887-1967) ,organisateur de l'assassinat de Raspoutine.

Il est entouré de membres de sa famille.
 
Ici repose la comtesse de Boishue (1948-2001), ancienne directrice de la "Maison russe" de sainte-Geneviève des Bois. La Maison russe ,ancien château de la Cossonnerie, accueillit dès 1917 des russes émigrés qui fuyaient les bolcheviks.
 
La tombe des sœurs Poliakoff (Odile Versois, et Hélène Vallier, comédiennes,sœurs d e Marina Vlady);

Vue rapprochée.
 
Tombe du cinéaste Andrei TARKOVSKI (1932-1988).
 
La tombe de Serge LIFAR (1904-1986) est assez luxueuse.

Ses titres de gloire sont rappelés ici.
 
Contrastant avec toutes les autres et sans conteste la plus originale: la tombe de Rudolf Noureiev. Elle est recouverte d'une imitation en pierre d'un kilim.

Elle comporte la simple mention: danseur chorégraphe -1938-1993.

 
Détail émouvant : deux vrais chaussons de danse déposés ici.
Sont-ce les siens, ou un hommage d'un ou une admirateur(trice)?
 
 
 
L'intérieur de l'église se visite sur rendez-vous pour des groupes. Mais la photographie n'est pas autorisée. Sur cette image internet prise lors de la cérémonie du 70e anniversaire de l'église, on aperçoit un peu l'intérieur.  L'église a été bâtie sur les plans de l'architecte Albert Benois , dont la femme, Marguerite, a réalisé les fresques qui   ornent l'intérieur de l'édifice. Les icones de l'iconostase sont dues à Mikhaïl Fedorov, le constructeur de l'église, et à la princesse Lvov, membres de l'association "Icône" créée en 1927
Dans la crypte reposent plusieurs archevêques orthodoxes.
 


 
 
 
 
 
 

1 commentaire: