jeudi 5 février 2015

A la découverte du DOURDANNAIS : SAINTE MESME .

SAINTE-MESME est un village d'environ 900 habitants situé dans la vallée de l'Orge, à l'ouest de DOURDAN. Il fait partie du département des YVELINES.
Au Moyen-Age , la seigneurie dépendait du domaine royal de DOURDAN.
Le village a eu très tôt son château. On sait qu'en 1470, Aymard de POISIEU, seigneur de Sainte-Mesme,  baron de Marolles, et ami du roi Louis XI, y fit construire un beau manoir fortifié. La seigneurie s'agrandit considérablement après 1473: elle s'étendait de Sonchamp (vallée de la Remarde)  à Roinville (vallée de l'Orge, à l'est de Dourdan).
C'est aussi lui qui fit construire l'église, qui était à l'origine, dit-on, la chapelle du château.
Son fils Claude de Poisieu, qui lui succéda, était lui aussi conseiller du roi, et de plus maître d'hôtel de la reine.
Saint-Mesme, le chateau.jpg
     Le château de SAINTE MESME d'après une ancienne carte postale. On aperçoit à gauche l'église.

La seigneurie entrera dans la famille de l'Hospital par le mariage de Louise de Poisieu, fille de Claude, avec Aloph de l'Hospital, seigneur de Choisy, fils d'un  des officiers favoris de Charles VIII.
Cette famille donnera au XVIIe siècle plusieurs baillis de Dourdan . La seigneurie sera érigée en comté par Henri IV. La famille gardera la seigneurie jusqu'en 1772, date à laquelle Galluci de l'HOSPITAL vendra ses biens à César de La Brousse, marquis de VERTEILLAC, alors gouverneur de Dourdan.


Le "manoir" de Sainte-Mesme : il fait face au portail du château.

Le château entre temps avait été remanié au XVIe, puis au XVIIe siècle.
En 1791, le marquis de Verteillac émigra et le château devint une prison. Son fils François récupère ses biens en 1804. Il sera chambellan de l'Empire et maire de Sainte Mesme.
Différents propriétaires se succédèrent ensuite, notamment le  3e consul LEBRUN, duc de Plaisance, qui rend toute son importance à la terre de Sainte-Mesme. C'est lui qui construit à Sainte-Mesme l'usine de fabrication de cotonnades Ville-Lebrun. Il meurt au château en 1824. Mentionnons aussi le romancier Auguste MAQUET, le "nègre" d'Alexandre DUMAS : il reprenait les ouvrages que Maquet avait écrits pour lui en les rendant plus vivants. Les Trois Mousquetaires furent conçus de cette façon par exemple. Il y meurt lui aussi en 1888.


L'actuel portail du château.

Actuellement, le château est une propriété privée soigneusement enclose. Le passant ne peut distinguer du domaine qu'un très haut et solide portail... Frustrant!
Pour voir à quoi peut bien ressembler ce château, nous avons recouru à une ancienne carte postale!
Ce que nous pouvons admirer cependant, c'est le "manoir de Sainte Mesme", qui fait face au portail du château. On pense que c'est une construction d'origine carolingienne, qui a été transformée au XVe siècle notamment par l'aménagement de fenêtre à meneaux et l'ajout de la tour orthogonale. Ce manoir dépendait du château jusqu'au XVIIIe siècle. C'est aussi aujourd'hui un  musée du costume militaire international de 1807 à nos jours

                                                 D'AUTRES IMAGES :

                                         L'EGLISE.


L'église à chevet plat construite par Aymard de Poisieu au XVe siècle. En 1539, sa belle-fille Anne Lucas obtient d'y faire transférer les reliques de sainte Mesme . La chapelle Sainte Anne sera ajoutée au XVIe.


Vue du clocher.


Les contreforts.

  LA FONTAINE DE SAINTE MESME.


Dans un coin du village, une fontaine du XVIe siècle.



La statue (copie d'un groupe en bois du XVIe siècle volé dans l'église en 1985) évoque la décollation de Sainte-Mesme. Fille de Dordanus, un prince païen, elle s'était convertie au christianisme. Pour la punir, son père ordonne à son fils Mesmin de trancher la tête de sa sœur. Pris de remords, il se convertira aussi.


Jusqu'au XXe siècle, deux fêtes patronales avaient lieu dans le village , commémorant la décollation (le 7 mai) et le transfert des reliques dans l'église par Anne Lucas.


Une procession chaque fois venait jusqu'à la fontaine. Son eau guérissait ,paraît-il, les fièvres, les langueurs des femmes enceintes, et les maux de tête.

( Renseignements émanant de l'association historique et archéologique de Sainte Mesme).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire