mardi 23 octobre 2018

BALADES EN HUREPOIX: LA PROMENADE DE LA VANNE A SAVIGNY SUR ORGE.

                                     Une coulée verte sur le parcours d'un aqueduc.
"Je vais promener le chien sur la Vanne"... parole courante de savinien. Mais qu'est- ce que la Vanne? A première vue , cela se présente comme une sorte de coulée verte qui vient de Ris Orangis, traverse Viry Châtillon et le quartier du plateau à Savigny, et va se perdre aux confins de l'aéroport d'Orly. Cette coulée verte recouvre un aqueduc souterrain, qui achemine l'eau des sources de la Vanne (un affluent de l'Yonne), mais aussi de celles  du Loing et de son affluent le Lunain, pour aller alimenter  Paris en eau. Sur certaines parties de son parcours, cet aqueduc n'est plus souterrain: par exemple entre Arcueil et Cachan, il est à l'air libre et particulièrement imposant. Construit entre 1866 et 1874, il est long de 156km.
La promenade de la Vanne, avec le grand platane.

Cette coulée verte est gérée et entretenue, non par la commune, mais par "Eau de Paris".
Sur cette coulée verte, on peut certes promener son chien, ou tout simplement faire une balade. On peut même intégrer le parcours dans un circuit à vélo.
Nous suggérons deux parcours possibles, l'un relativement court qui part du rond point où aboutissent l'avenue Aristide Briand, l'avenue Gabriel Péri, et l'avenue de Champagne , et y revient, l'autre plus ambitieux, qui part, plus en amont, du rebord du plateau, et qui pousse jusqu'aux abords de l'aéroport d'Orly et retour.

                                         *1 er parcours (d'environ 50 minutes):

* Garez votre voiture avenue de Champagne, non loin du rond point, puis revenez vers le café Le Bardy, point de départ de votre balade. Vous suivrez ensuite le trottoir qui longe l'avenue en laissant le Bardy derrière vous. Vous vous trouvez très vite face  à un grand panneau: il vous révèle la présence d'un aqueduc qui achemine les eaux de la Vanne, du Loing, et du Lunain. On traverse d'abord une promenade agréablement aménagée sur le parcours de l'aqueduc: elle est encadrée de buissons taillés et ornée  de portiques décoratifs en bois. Toute une série de terrains de pétanque ont été aussi aménagés là. Les arbres qui bordent les deux rues parallèles à la promenade apportent au passant leur ombre bienfaisante en été.

Un panneau révélateur.

Une promenade aménagée...

… ombragée par les arbres des avenues voisines.


* On traverse là, un quartier pavillonnaire qui  s'est progressivement constitué entre les deux guerres: entre 1921 et 1939, près de 5000 habitations ont été construites sur une zone faite auparavant de vastes champs cultivés exploités par la ferme de Champagne, que nous allons croiser par la suite. Savigny ne comptait que 823 habitants en 1801. La ville s'est d'abord développée dans la vallée de l'Orge (le bas de Savigny), autour des châteaux de Savigny (actuel lycée JB Corot) et de Grand-Vaux (aujourd'hui disparu). En 1921, elle comptait 1915 habitants, et à la veille de la 2e guerre mondiale, après l'urbanisation du plateau, 13500!

Un vaste quartier pavillonnaire…

* Au bout de la promenade aménagée, on aperçoit sur la gauche, de l'autre côté de l'avenue, le café "chez Chris" à l'agréable terrasse extérieure qui peut être l'occasion d'une pause bienvenue, surtout en été; l'ambiance y est conviviale. Non loin de là, au bout de la promenade, les amateurs de pétanque, tous les jours que Dieu fait, qu'il pleuve, vente ou neige, s'adonnent à leur passion. On traverse une rue , et on continue tout droit sur un petit prolongement orné de bosquets; puis nous abordons une zone plus sauvage, couverte d'herbes folles, que sillonne un sentier.

Le café "Chez Chris".

Tous les jours que Dieu fait, les joueurs de pétanque sont là….

* On aperçoit bientôt, sur la gauche, la ferme de Champagne, qui exploitait autrefois tout le plateau. Créée au XIIe siècle, a d'abord dépendu de la seigneurie de Savigny. De 1744 à 1916, elle a été exploitée par la famille Petit, Charles puis son fils Louis. Ils en font une exploitation modèle: ils innovent pour le labour en faisant tirer une charrue par une machine à vapeur. En 1854, est créée ici la première distillerie d'alcool de betterave à sucre. Ses bâtiments ont été restaurés et sont voués aujourd'hui à divers usages. La ferme , acquise en 1945 par le ministère  de la justice , devint  un centre de réinsertion pour mineurs  délinquants. Depuis 2007, c'est un centre éducatif fermé pour une quinzaine de mineurs de 13 à 18 ans, qui dépend du service de la protection judiciaire de la jeunesse. Dans un but de réinsertion, on y forme les pensionnaires aux métiers de la restauration.  Divers services (théâtre, centre d'exposition...) ont été installés aussi dans certains bâtiments …

La ferme de Champagne aujourd'hui.

                    Vue de la cour intérieure : un théâtre et un centre d'exposition y sont installés.

* En poursuivant sur la "Vanne", on longe à gauche l'ancien mur d'enceinte de la ferme qui enserre un vaste parc d'où dépassent de grands arbres, des pins notamment,  et qu'encombrent divers bâtiments, dont certains semblent industriels: peut-être ceux de l'ancienne distillerie? A droite, on va longer à présent les villes de Juvisy, puis Athis Mons. On découvre bientôt, sur le parcours, un  superbe et majestueux  platane qui est l'ornement du lieu! Le platane une fois dépassé, on prendra la première rue à gauche, abandonnant ainsi la Vanne qui se poursuit en direction de Morangis puis de l'aéroport d'Orly. Un coup d'œil auparavant par dessus la clôture de l'ancienne ferme: quelques moutons paissent sous un arbre!
Le sentier sur la "Vanne"; à gauche, les grands arbres de l'ancienne ferme dépassent de la clôture..

Le grand platane.

Un coup d'œil par dessus la clôture: quelques moutons paissent sous un arbre.

* La longue rue que nous avons prise n'a pas de nom visible: elle va nous faire passer devant le cimetière de Savigny sur notre droite, puis devant un jardin public sur notre gauche - un jardin public qui a été visiblement aménagé sur d'anciens terrains de la ferme de Champagne, qui se profile à nouveau en arrière plan. Si vous avez un chien, n'entrez pas dans ce parc, c'est interdit à nos amies les bêtes! Au rond point, prendre à gauche la belle avenue des Marronniers qui traverse le quartier pavillonnaire. Continuer sur la même avenue au rond point suivant. Au n°37 , sur la droite, vous apercevrez une belle maison de 1931, récemment rénovée, qui arbore fièrement sa date de naissance sur sa façade. Au rond point suivant, le café L'ESCALE  pourra après ce parcours en constituer une  agréable, avec ses tables extérieures: l'accueil y est de plus d'une grande gentillesse.

La belle avenue des Marronniers.

Au 37 rue des Marronniers, une maison de 1931 récemment rénovée.


Le café L'ESCALE.

* On quitte ce rond point par l'avenue Gabriel Péri  qui va nous ramener, à travers le quartier pavillonnaire, vers le rond point du Bardy, notre point de départ. Ici bien des avenues ont des noms d'arbres (marronniers, tilleuls…) et les  rues ont des noms de fleurs: pervenches, bleuets, ou encore iris…On sent qu'il a fallu trouver très vite des noms à l'époque pour les nouvelles rues, d'où ces séries… plutôt poétiques.

                                                 * 2eme parcours (d'environ 1h30) :

* Pour ce parcours plus ambitieux, le point de départ serait sur la "Vanne", en amont du rond point du Bardy, le croisement entre la rue de Champagne, la rue Carnot  et la rue de la Montagne pavée qui descend vers le bas de Savigny,  c'est -à - dire tout au bord du plateau. L'aqueduc souterrain à cet endroit monte  de Viry-Châtillon et du bas de Savigny jusqu'au plateau, puis longe la rue de Champagne sur sa droite et une série de pavillons sur sa gauche. Ici, une partie de l'aqueduc affleure à la surface, ainsi que plusieurs constructions qui y sont liées.

L'aqueduc accède ici au bord du plateau en venant de Viry-Châtillon et du bas de Savigny.

Certains éléments de l'aqueduc, le long de la rue de Champagne, affleurent à l'air libre.

Autre vue. Quelques pancartes indiquent le souci d'Eau de Paris de favoriser la biodiversité en laissant pousser l'herbe et en n'utilisant pas de pesticides sur le parcours de l'aqueduc.

* Au bout de la rue de Champagne, au rond point du Bardy, on rejoint ensuite le premier parcours (voir ci- dessus).

*  Mais, au lieu de prendre la première rue à gauche après le grand platane, on continue sur la "Vanne". On croise bientôt une nouvelle rue, que l'on traverse pour continuer sur la "Vanne", qui passe à présent entre Morangis et Athis Mons. A l'entrée de cette nouvelle portion de la coulée verte, un autre très bel arbre, un acacia, nous accueille. Là encore , un panneau nous rappelle le souci de la biodiversité qui pousse Eau de Paris à laisser pousser les herbes folles. On observe d'ailleurs la présence d'un certain nombre de papillons qui semblent aimer l'endroit. De nombreuses fleurs prospèrent aussi sur le talus herbeux. Bientôt, au delà d'une route qui entre sur la droite dans Athis Mons, on aperçoit au loin l'aéroport d'Orly et on peut pousser jusqu'à ses abords.

A l'entrée de cette nouvelle portion de la coulée verte, un superbe acacia…

Un talus herbeux, au profit de la biodiversité. 

Un tronçon de la coulée verte bien fleuri.

Au delà de cette rue qui entre à Athis Mons, on devine déjà l'aéroport d'Orly.

Autre vue.

* On revient ensuite sur nos pas jusqu'à la rue qui part sur notre droite vers le cimetière (dernière rue avant le grand platane), et on reprend ainsi la suite du parcours n°1 jusqu'au rond point du Bardy et au delà jusqu'à notre point de départ, au bord du plateau.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire